MONTE-CARLO NEW YORK

Ces masques qui nous troublent

Ce matin dans le Press Club, une longue interview dans Monaco Hebdo à propos des effets psychologiques et sociaux du masque sanitaire. L’hebdomadaire interroge Anna Tcherkassof, docteure en psychologie et maître de conférences à l’Université de Grenoble. La chercheuse nous dit en quoi le port du masque perturbe nos échanges. “Dans nos cultures, nous sommes habitués à prélever beaucoup d’informations sur le bas du visage”, explique-t-elle. Un petit sourire permet par exemple de détecter la bienveillance d’un inconnu qui nous laisse passer dans une file d’attente. Ne pas voir le bas du visage c’est donc être empêché de lire les émotions de notre interlocuteur…qui, contrairement aux préjugés, ne passent pas vraiment par le regard, ou pas uniquement. 

Il y a aussi les difficultés à se comprendre car habituellement, même inconsciemment, dans une conversation, on lit sur les lèvres pour accompagner l’écoute. Et le masque – en plus de nous priver de ces indices – étouffe les voix…nous force à parler plus fort, trop fort même.  

La chercheuse en conclut que nous allons devoir apprendre de nouveaux codes pour transmettre nos émotions, que ce soit par le regard, ou par les gestes… Le port du masque, selon elle, apportera forcément du changement. La génération 2020 pourrait par exemple rester dans l’Histoire comme celle “qui écarquille les yeux”. 

Categories : Culture / Médias / La rédaction / 22 septembre 2020

PARTAGER :  

La rédaction

Vous aimerez aussi...