MONTE-CARLO NEW YORK

Pour David Lisnard, le festival « CanneSeries » est un acte de foi dans la capacité de résister et de rebondir

Invité de notre « Afterwork spécial CanneSeries », lundi dernier, sur la Croisette, le maire de Cannes n’a pas caché son soulagement de voir le festival CanneSeries se dérouler, malgré la crise sanitaire et alors que l’événementiel est totalement à l’arrêt.

Pour David Lisnard, l’enjeu est de « tenter de sauver ce qui pourra l’être dans une filière événementielle et culturelle qui fait vivre des centaines de familles localement et des centaines de milliers de famille en France. Ce festival montre que l’on peut et doit, de façon extrêmement draconienne sur le plan sanitaire, organiser des événements. La protection n’est pas l’interdiction et il est moins dangereux de se trouver dans un Palais des Festivals sécurisé et contrôlé que dans d’autres circonstances de la vie quotidienne » a-t-il estimé au micro de Radio Monaco.

Avec une jauge très limitée de spectateurs, CanneSeries saison 3, n’a pas déchaîné les foules. De l’aveu même du maire, « le festival a peu d’effets positifs directs sur les commerces de la ville mais c’est surtout très positif en terme d’image. Cela s’ajoute à d’autres manifestations et d’autres initiatives que nous prenons pour limiter la casse sociale, et donc la casse humaine que l’on va affronter ». Pour le premier magistrat de la ville, « la santé prime avant tout mais la protection de la santé n’est pas incompatible avec une activité économique et sociale ».

Ses séries cultes, le mini-Festival de Cannes prévu très prochainement et son projet de Festival International du cinéma et du Festival de Cannes à l’horizon 2025, David Lisnard a abordé de nombreux autres sujets. L’intégralité de son interview est à retrouver ci-dessous :

Categories : News / La rédaction / 14 octobre 2020

PARTAGER :  

La rédaction

Vous aimerez aussi...