MONTE-CARLO NEW YORK

Le Prince Albert encourage Boris Herrmann pour le Vendée Globe

Ce dimanche, Boris Herrmann a pris le départ du Vendée Globe pour un tour du monde par les trois caps de 24.296 milles nautiques, en solitaire, sans escale et sans assistance.

Dans un communiqué, le Yacht Club de Monaco rappelle : Une aventure à laquelle a pris part Seaexplorer-Yacht Club de Monaco, l’IMOCA 60 qui représente officiellement la Principauté de Monaco. Ce voilier monocoque (18,28 m), équipé de foils de dernière génération, est barré par Boris Herrmann, premier skipper allemand, à s’élancer dans ce marathon de légende.

Pour S.A.S Le Prince Albert 2 de Monaco : « Souvent qualifié d’Everest des mers, il s’agit d’un défi de l’extrême, dans sa plus pure simplicité : l’audace des marins qui se battent seuls contre les éléments et qui vont au bout de leurs rêves, à force de courage et d’abnégation. Autre fierté, la démarche environnementale menée sur ce projet, en lien avec ma Fondation, par Pierre Casiraghi, vice-président du Y.C.M. et notre skipper Boris Herrmann qui ont notamment muni Seaexplorer-Yacht Club de Monaco d’un laboratoire océanique pour permettre aux chercheurs de mesurer et d’enregistrer différents paramètres scientifiques des océans. Tous nos vœux de succès accompagnent Boris que nous suivrons avec enthousiasme et passion tout au long de cette course mythique ».

Sur Twitter, Boris Herrmann a fait vivre le coulisses du départ sur le compte du Yacht Club de Monaco

 


Le Prince Souverain a adressé un message vidéo ce dimanche à Boris Hermann : cliquer ici

 

Le Yacht Club de Monaco rappelle également la dimension environnementale apportée à ce projet :

Amoureux de la mer et de son environnement, Boris Herrmann est également membre de la Commission Océanique Intergouvernementale de l’UNESCO. A ce titre, son bateau reflète son engagement : équipé de panneaux solaires et de générateurs hydroélectriques afin de ne pas utiliser de combustibles fossiles. A bord, il embarque un laboratoire automatisé. 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, il récoltera des données océanographiques afin de les transmettre aux scientifiques des programmes de l’Institut Max-Planck de météorologie à Hambourg, de Géomar à Kiel et de l’Ifremer à Brest. « La vitesse du vent, la gîte du bateau, la température de l’air et de l’eau ou encore la salinité, le PH et le CO2 contenu dans l’océan seront autant de valeurs qui seront visibles en direct sur les sites internet du Y.C.M et du team Malizia ». 

Le nom Seaexplorer fait référence à l’initiative menée par Kuehne + Nagel, qui a créé une plateforme numérique pour mesurer l’impact des émissions de CO2 dans le secteur du fret maritime afin de permettre à ses clients de faire des choix plus écologiques en matière de transport. Un objectif de réduction des émissions qui rassemble tous les amoureux de la mer et mobilise également les acteurs de la grande plaisance, sous l’impulsion du Yacht Club de Monaco, avec la création du Superyacht Eco Association (SEA) Index, un référentiel pour mesurer l’impact environnemental des yachts de plus de 40 mètres.

Categories : En Principauté / La rédaction / 8 novembre 2020

PARTAGER :  

La rédaction

Vous aimerez aussi...