MONTE-CARLO NEW YORK

Une intox sur l’hydroxychloroquine à Monaco

Dans le Press Club, une opération de fact checking effectuée par la chaîne d’information LCI à propos du traitement des patients Covid+ en Principauté.  “Non Monaco, ne doit pas sa faible mortalité à l’usage d’hydroxychloroquine”, c’’est le titre de cet article publié sur le site web de LCI

A l’origine de cette mise au point, un tweet relayé 1300 fois où une utilisatrice du réseau social affirmait que l’hydroxychloroquine était utilisée en traitement précoce général à Monaco, et s’exclamait en conclusion “résultat: 2 morts pour 38 mille habitants.(…) Près de dix fois moins qu’en France !”

Saisissant en effet, sauf que cette affirmation est un mensonge ,explique LCI, puisque l’usage de l’hydroxychloroquine dans les cas de Covid19 à Monaco a été autorisé uniquement au début de l’épidémie, avant d’être proscrit dès le 29 mai dernier. Cela dit, relève l’article, il est vrai que la mortalité du virus est pour l’instant plus faible en Principauté: un peu moins de 8 morts pour 100 000 habitants, contre 69 pour 100 000 côté français. 

Parmi les explications données par les médecins: le fait que les restrictions soient probablement mieux appliquées et respectées sur le sol monégasque, et que les salariés pendulaires rentrent chez eux après le travail, sans chercher à s’attarder. Mais attention, il suffirait qu’un cluster apparaisse pour que les chiffres flambent aussi sur le sol monégasque. « Les statistiques dans la Principauté sont à prendre avec précaution puisque la population y est très réduite. En conséquence, il suffirait de quelques décès pour modifier de manière considérable les données », écrit le journaliste. Autrement dit: la plus grande prudence reste de mise dans les comportements comme dans les analyses à l’emporte-pièce.

Categories : Côte d'Azur / La rédaction / 20 novembre 2020

PARTAGER :  

La rédaction

Vous aimerez aussi...