Quelle place pour les piles aluminium-air dans la transition énergétique ?

Pour certains usages notamment dans l’aéronautique et le nautisme, les piles aluminium-air présentent des avantages concurrentiels importants par rapport aux batteries lithium-ion rechargeables. On en parle avec Stéphane Collard, de l’entreprise Metalectrique.

Si l’électrique rechargeable se taille la part du lion en cette ère de transition énergétique, d’autres solutions non-émettrices de CO2 se font peu à peu leur place sur le marché. C’est le cas des piles aluminium-air, plus légères et plus puissantes que les batteries lithium-ion, mais non rechargeables. Elles sont déjà utilisées dans le domaine militaire depuis les années 1970 et quelques entreprises tentent d’importer cette technologie dans le civil. C’est le cas de Metalectrique, une start-up fondée initialement au sein de l’Université de Nantes mais désormais installée au Royaume-Uni, pays d’origine de ses deux fondateurs.

Schéma de fonctionnement d’une pile aliminium-air.
Un aluminium réutilisable

En quête de nouveaux partenaires et investisseurs, notamment du côté de Monaco, Metalectrique a réussi à faire baisser les coûts de production et le prix de vente des piles aluminium-air en utilisant un aluminium commun de la série 1000. Une révolution dans le secteur car jusque-là l’aluminium utilisé pour ce type de piles était pur et donc extrêmement onéreux. Une fois consommé, l’aluminium doit être remplacé mais son cycle de vie est vertueux. Lorsqu’il a été réduit à l’état d’hydroxyde d’aluminium, le métal peut être retransformé en aluminium ou bien réutilisé tel quel dans certains secteurs comme l’industrie pharmaceutique.

« Pour un poids identique on a 8 fois plus d’énergie qu’une batterie au lithium » (Stéphane Collard, Metalectrique)
Des avantages concurrentiels dans le nautisme

Pour l’instant, les avantages des piles aluminium-air concernent surtout les secteurs dont les engins réclament une puissance très importante et pour lesquels le système de recharge électrique n’est pas adapté. Par exemple, le transport de marchandise, les bus longue distance, l’aéronautique et en particulier les drones ou encore le nautisme. Les piles aluminium-air peuvent ainsi être installées sur les grands yachts en remplacement des groupes électrogènes qui alimentent l’éclairage, la climatisation, ou encore la partie électronique du navire. Sur les bateaux plus petits, elles peuvent même remplacer le moteur thermique et réduire totalement les émissions de gaz à effet de serre à l’usage.

Pour mieux comprendre les enjeux liés au développement des piles aluminium-air, nous recevons Stéphane Collard de Metalectrique.

Vous aimerez aussi...