MONTE-CARLO NEW YORK

La décroissance : solution ou privation ?

Cap sur la décroissance. Aujourd’hui nous puisons dans les ressources naturelles de la terre pour les transformer en richesses, en biens ou encore en matériaux.
Pour avoir de la croissance, il faut donc transformer la nature en un produit ou un service qui va être vendu.
Résultat : ce modèle n’est pas infini puisque la planète s’épuise. Par ailleurs, cette production génère des déchets qu’on ne sait pas éliminer.

Dès les années 70, plusieurs scientifiques et économistes ont tiré l’alerte. Selon eux, le concept de croissance économique, principalement fondée sur le calcul du produit intérieur brut, est à la base de la destruction de notre environnement.

La décroissance : prendre en compte les limites de la Terre

En fait, la décroissance est un concept qui tient compte de la limite des ressource naturelles (renouvelables ou non.) Pour ses défenseurs, l’augmentation du PIB n’est pas un indicateur de bien-être. Pourquoi ? Parce qu’il dégrade en même temps notre environnement, la biodiversité et menace notre survie.
Si la décroissance est un concept intéressant, son nom sonne comme une régression. A ce jour, personne ne l’a expérimentée de façon volontaire et décidée. La décroissance a toujours été subie et donc vécue comme une crise, avec des conséquences douloureuses.

Augmenter la qualité de vie

Il est difficile d’envisager un retour en arrière de notre mode de vie. Florent Favier prône plutôt l’augmentation de notre qualité de vie. Cela passe par l’espérance de vie et de surcroît en bonne santé, ou encore nos relations sociales.
Nous pourrions ainsi nous tourner vers un mode de consommation raisonné plutôt qu’excessif.

Selon Florent Favier, il ne faut pas avoir peur de changer et d’évoluer : « Ce dont nous devrions au contraire avoir peur c’est de cette illusion collective qui nous laisserait croire qu’on peut continuer sans rien changer ou que la technologie nous sauvera.

Je crains qu’une fois que trop de limites planétaires auront été atteintes ou dépassées, nous ne soyons confrontés à des bouleversements climatiques, sociaux et environnementaux tellement importants que ce n’est pas la décroissance qu’il faudra affronter, mais une certaine forme de régression »

Categories : Feel Good / Giulia Testaverde / 31 janvier 2022

PARTAGER :  

Giulia Testaverde

Journaliste-Animatrice, je vous accompagne tous les matins de 9h à 12h avec Feel Good ! La pause détente et bien-être pour faire le plein de good vibes ! Se découvrir et s'ouvrir sur le monde avec le développement personnel, l'environnement ou encore les belles nouvelles avec les coachs : c'est le programme "Feel Good". Pour ne rien louper abonnez-vous aux podcasts en cherchant Radio Monaco Feel Good (spotify, ausha, deezer...)

Vous aimerez aussi...