MONTE-CARLO NEW YORK

COVID-19 : Le Conseil National de Monaco réclame un assouplissement des règles sanitaires

Dans un courrier envoyé au gouvernement Princier, les membres du Conseil National demandent un assouplissement des règles sanitaires.

Le Président Stéphane Valeri et le Président de la Commission Spéciale pour l’analyse de la crise COVID-19, Jacques Rit, ont écrit à Pierre Dartout pour demander la mise en place rapide d’une réunion du Comité Mixte de suivi Covid-19. Dans le communiqué reçu ce jour du Conseil National, les élus demandent notamment d’aborder les points suivants :

 

Des statistiques plus précises

Les chiffres quotidiens concernant les hospitalisations au CHPG ne sont pas assez claires selon le Conseil National qui demande à les diviser en trois catégories :

  • Les personnes hospitalisées dans le service de pneumologie pour les symptômes de la COVID ;
  • Les patients hospitalisés pour d’autres raisons, mais par ailleurs testés positifs ;
  • Les résidents des établissements accueillant des personnes âgées testées positives, mais maintenues dans leur structure.
Un assouplissement justifié des mesures sanitaires

Prenant exemple sur plusieurs pays, le Conseil National demande au Gouvernement Princier les assouplissements suivants :

  • Fin de l’obligation du télétravail obligatoire ;
  • Fin de l’obligation du masque en extérieur (à l’exception des lieux de forte fréquentation) ;
  • Suppression des jauges pour les événements sportifs et culturels (au-delà de 2000 personnes).

Les élus incitent à plus de rapidité dans la levée des restrictions, estimant que la mise en place de restriction est souvent beaucoup plus rapide que leur levée.

 

Parmi les autres demandes, la disponibilité du vaccin Novaxovid, une redéfinition des règles d’isolement pour les cas contacts, et l’installation de purificateurs d’air dans les écoles.

 

Le Communiqué en intégralité :

Dans leur lettre adressée au Ministre d’État ce mercredi 9 février par le Président Stéphane Valeri et le Président de la Commission Spéciale pour l’analyse de la crise COVID-19, Jacques Rit, les élus ont pris acte d’une baisse régulière du taux d’incidence, ainsi que des dernières études démontrant la faible dangerosité du variant omicron. Les élus ont aussi relevé que depuis plusieurs semaines, le nombre de personnes admises en réanimation reste très limité.

Sur la gestion de la crise sanitaire, les élus souhaitent donc aborder les sujets suivants :

1- Des statistiques plus précises

A ce sujet, les élus ont considéré nécessaire de disposer du détail des statistiques quotidiennes concernant le nombre de personnes « prises en charge au CHPG ». Il est important, selon les élus, de disposer, entre autres, d’une ventilation plus transparente de la patientèle prise en charge pour la

COVID-19 en détaillant :

– Les personnes hospitalisées dans le service de pneumologie pour les symptômes de la COVID ;

– Les patients hospitalisés pour d’autres raisons, mais par ailleurs testés positifs ;

– Les résidents des établissements accueillant des personnes âgées testées positives, mais maintenues dans leur structure.

Ces deux dernières catégories ne devraient, en effet, pas être assimilées dans les statistiques à des patients hospitalisés pour la Covid.

2- La disponibilité du vaccin Novaxovid comme alternative

Les élus se sont interrogés sur la raison pour laquelle le vaccin Nuvaxovid, développé par la société Novavax n’était pas disponible en Principauté et proposé par le Centre de Vaccination. De fait, ce vaccin est désormais autorisé par l’Agence Médicale Européenne, depuis fin décembre 2021, et la Haute Autorité de Santé Française, depuis mi-janvier 2022. La technologie traditionnelle utilisée pour ce vaccin pourrait être de nature à convaincre des personnes qui jusqu’à présent restent méfiantes envers les vaccins basés sur la

technologie ARN messager.

Pour ces raisons, les élus sollicitent du Gouvernement que ce vaccin soit disponible au Centre de Vaccination et proposé à la population résidente, afin qu’elle puisse disposer du choix entre les différents types de vaccins.

3- Une gestion plus réactive en fonction de la situation sanitaire

Les élus ont relevé que, pendant l’essentiel de la pandémie, Monaco, grâce aux arbitrages du Prince Souverain, et comme le souhaitaient les représentants du Conseil National au Comité Mixte, a très souvent maintenu une position moins restrictive que dans le pays voisin, justifiée par sa meilleure situation épidémique et hospitalière. Aujourd’hui, la tendance est hélas inversée et crée un désavantage de compétitivité pour les acteurs économiques et de qualité de vie pour les résidents.

4- Un assouplissement justifié des mesures sanitaires

Les élus sollicitent donc du Gouvernement, à l’instar de nombreux pays, y compris la France, l’assouplissement d’un certain nombre de mesures

concernant les domaines suivants :

– Fin de l’obligation du télétravail obligatoire ;

– Fin de l’obligation du masque en extérieur (à l’exception des lieux de forte fréquentation) ;

– Suppression des jauges pour les événements sportifs et culturels (au-delà de 2000 personnes).

5- Une redéfinition des règles d’isolement pour les cas contacts

Les règles Monégasques sont aujourd’hui beaucoup plus contraignantes en termes d’isolement pour les personnes cas contact bénéficiant d’un schéma vaccinal complet, que celles en vigueur en France, notamment. Outre les contraintes qui pèsent sur les familles, ces règles se révèlent particulièrement pénalisantes pour l’activité des entreprises et des administrations, qui font face,

parmi les actifs, à de nombreux « cas contact » de cette nature.

Tout cas contact, disposant d’un schéma vaccinal complet et testé négatif, ne devrait plus être contraint à l’isolement.

6- L’installation de purificateurs d’air dans les écoles

Les élus ont confirmé la demande, que l’Assemblée avait déjà formulée à plusieurs reprises, de l’installation dans l’ensemble des salles de classe de purificateurs d’air dotés de filtres à air à haute performance, dont l’efficacité est démontrée depuis de nombreux mois dans les communes voisines.

7- Scolaire : Un protocole sanitaire mieux adapté

Les élus soulignent le fait que les fermetures de classes ou de sections de crèches en raison de cas de COVID-19, comme l’isolement des cas contacts, induisent une forte désorganisation des familles qui se répercute sur les entreprises et les services publics. C’est, selon les élus, un des points cruciaux sur lequel il convient que les règles soient équilibrées.

Les élus demeurent, à cet égard, dans l’attente de protocoles sanitaires applicables dans les établissements scolaires, dont ils ont sollicité la communication. Il semble, en effet, que ceux-ci se révèlent plus contraignants qu’en France, où ils vont bientôt être à nouveau allégés. Se pose, notamment, la question du maintien du port du masque obligatoire en extérieur, dans les cours de récréation, pendant le sport scolaire en intérieur et lorsque les élèves sont assis, en classe. De manière générale, il a semblé aux élus que le Gouvernement était très réactif lorsqu’il s’agissait de mettre en œuvre des mesures de restriction, certes justifiées, et beaucoup moins lorsqu’il s’agissait de les lever lorsque les indicateurs sont plus favorables. Le Conseil National, comme il a eu l’occasion de l’exprimer à plusieurs reprises, sollicite du Gouvernement qu’il agisse avec la même célérité pour la levée des restrictions, qui doivent demeurer une exception provisoire, limitée à la durée strictement nécessaire pour protéger le fonctionnement de notre hôpital et la santé de notre population. Afin d’échanger sur l’ensemble de ces sujets, les élus ont souhaité qu’un Comité Mixte de Suivi du COVID-19 puisse être réuni dans les tous prochains jours.

 

Monaco

Categories : En Principauté / Benjamin DUCONGÉ / 10 février 2022

PARTAGER :  

Benjamin DUCONGÉ

Animateur du Morning Made In Monte-Carlo sur Radio Monaco tous les matins entre 6h00 et 9h00 Directeur des programmes.

Vous aimerez aussi...