MONTE-CARLO NEW YORK

Cap Optimist se lance un nouveau défi

Du 5 au 19 juin, les six waterwomens de Cap Optimist vont rallier la Principauté à Athènes grâce à leur paddleboard, au profit de la fondation Princesse Charlène de Monaco. Les nageuses vont se relayer chacune leur tour pour parcourir les 1 800 kilomètres qui séparent Monaco du Pirée, le port de la capitale grecque.

Dimanche 5 juin à 14H00, les six waterwomens de Cap Optimist partiront du Yacht Club de Monaco pour rejoindre le port du Pirée d’Athènes. Itziar ABASCAL, Marie GOYENETCHE, Emmanuelle BESCHERON, Margot CALVET, Alexandre LUX et Stéphanie BARNEIX parcourront les 1 800 kilomètres qui séparent les deux villes en traversant la mer Méditerranée et la mer Ionienne. Le but rechercher est de lever des fonds pour la fondation de la Princesse Charlène pour prévenir des noyades et pour l’éducation à travers les valeurs du sport.

Au court de cette expédition, il sera possible de faire des dons. « Sur cette traversée, il y a la possibilité d’acheter des kilomètres. 1 km c’est 100 euros », explique Alexandra Lux, l’une des participantes. La somme récoltée servira à financer des programmes éducatifs et pédagogiques en Grèce.

Un projet fou pour 2023

Ce projet est prévu pour l’hiver 2023. Les six waterwomens de Cap Optimist vont se lancer dans un nouveau défi et pas des moindres: la traversée de l’océan Pacifique. Ce serait un record mondial. « Nous partirons de Lima au Pérou au début janvier 2023 pour arriver 90 jours plus tard à Mooréa en Polynésie française », déclare Alexandra Lux. 8 000 kilomètres éloignent les deux villes. C’est un pari fou qui nécessite une certaine logistique. Les filles se relayeront sur le paddleboard toute les heures pour éviter les problèmes liés à la chaleur et se ravitailler.

Une certaine expérience de ces défis

La première excursion remonte à 2009. À ce moment là, les waterwomens n’étaient que trois. Elles avaient traversé l’Atlantic Nord en parcourant les 4 830 kilomètres qui séparent l’île de Cap Breton (Canada) à Capbreton (France). L’objectif de cette expédition était de « réaliser le rêve de Stéphanie qui a été touchée par le cancer. Elle avait ce rêve fou de traverser un océan », poursuit Alexandra Lux. Puis six ans plus tard, en 2015, c’est le mythique Cap Horn qui a été franchi. Le but cette fois-ci, était promouvoir la protection de l’eau.

 

Retrouvez tous les épisodes du Club Radio Monaco sur votre plateforme de podcasts préférée :

Categories : En Principauté / Pierre Ourselin / 23 mars 2022

PARTAGER :  

Pierre Ourselin

Vous aimerez aussi...