MONTE-CARLO NEW YORK

Tourisme et écoresponsabilité, comment faire ?

Certains amateurs de voyages choisissent désormais leur destination de vacances en fonction de l’impact qu’elle aura sur l’environnement.  À mi-chemin entre la pure démarche marketing et le vrai changement de paradigme, les acteurs du tourisme cherchent à s’adapter à cette nouvelle donne. Le collectif Digital Green Tourisme propose de les accompagner. Nathalie Michet reçoit son fondateur, Alexandre Alary.

Partirez-vous en vacance cet été ? Si oui, plutôt au bout du monde ou plutôt dans les Alpes du Sud ? Si vous penchez plutôt pour la deuxième option, vous méritez sans doute un bon point. En effet, le tourisme n’échappe pas à la remise en cause des modes de vie occidentaux. Choisir son lieu de villégiature constitue ainsi une question de plus en plus sérieuse. Pour réduire leur empreinte carbone, certains vacanciers renoncent déjà à partir trop loin ou à pratiquer des activités polluantes. Prendre le train plutôt que l’avion, faire du snorkeling plutôt que du jet-ski, dormir dans un lodge construit avec des matériaux de recup’ plutôt que dans un grand hôtel de verre et d’acier… Les options ne manquent pas; encore faut-il trouver la bonne formule. Encore faut-il, aussi, que les acteurs du tourisme se décident à faire des offres plus vertueuses.

Des formations ciblées

Des loisirs propres !
Une journée kayak, c’est oui ! ©Kilyan Sockalingum / Unsplash

Afin de faciliter cette phase de changement, Alexandre Alary a fondé Digital Green Tourisme. Ce collectif regroupe des experts freelance dont la vocation est d’accompagner « les acteurs du tourisme qui souhaitent enclencher durablement leur transformation vers une activité positive« . Plus concrètement, ces consultants proposent d’agir sur trois piliers: la durabilité des services touristiques proposés, la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et le numérique responsable.

Digital Green Tourisme tente également de mettre en place des outils pour lisser la fréquentation des sites touristiques et éviter les pics d’affluence qui détériorent l’environnement. Enfin, le collectif propose d’accompagner les start-up naissantes pour qu’elles adoptent les bonnes pratiques dès le départ.

Categories : Business / Tech / Nathalie Michet / 31 mai 2022

PARTAGER :  

Nathalie Michet

Journaliste du Morning Made In Monte-Carlo sur Radio Monaco tous les matins entre 6h00 et 9h.

Vous aimerez aussi...