MONTE-CARLO NEW YORK

Louis Armstrong, grand pionnier du Nice Jazz Festival

©David Redfern/Redferns/Getty Images

La Côte d’Azur regorge de mythes et légendes écrits en musique. Cette semaine, retour sur le concert fondateur de Louis Armstrong en 1948 lors de la première édition du Nice Jazz Festival. Un Carnet de l’été de Nathalie Michet.

Alors que la prochaine édition du Nice Jazz Festival se profile (du 15 au 19 juillet), Radio Monaco vous propose de revenir aux origines de ce rendez-vous. On l’ignore peut-être, mais Nice est la première ville du monde à avoir organisé un festival dédié au jazz. C’était en février 1948. A l’époque, les responsables du Comité des fêtes cherchent à prolonger l’esprit de fête du carnaval de Nice en proposant un rendez-vous d’exception aux habitants et aux touristes. Ils réussiront un coup de maître.

Louis Armstrong en vedette

En effet, le soir du 23 février, pour le concert d’ouverture, le jazzman le plus célèbre du monde se produit sur la scène de l’Opéra de Nice. Louis Armstrong donne un concert devant une salle comble. Comme le rapporte à l’époque le journal Le Monde, certains spectateurs resteront même à la porte, faute de place. Le Nice Jazz Festival ne pouvait être lancé de plus belle façon. Il se terminera en apothéose avec une jam session au Negresco. Et pour cause, Louis Armstrong entend alors pour la première fois une chanson française qui deviendra un énorme succès. Il s’agit de C’est si bon, composée par le Niçois Henri Betti, et destinée initialement à Yves Montand, qui s’en détourne. Du moins dans un premier temps.

Le coup de foudre C’est si bon

Le soir du 28 février en tout cas, c’est bien l’actrice et chanteuse Suzy Delair qui interprète C’est si bon dans l’atmosphère survoltée du Negresco. Louis Armstrong repartira ainsi de Nice conquis par ce titre, qu’il fera adapter en anglais. Comme le souligne Frédérica Randrianome-Karsenty, directrice du Nice Jazz Festival, la version de l’artiste américain deviendra d’ailleurs un standard du jazz. Elle sera reprise par les plus grands artistes comme Nat King Cole, Dean Martin ou encore Barbara Streisand.

Un buste en bronze à Cimiez

Pour des raisons obscures, le Nice Jazz Festival disparaitra pendant plus de 20 ans pour ne revenir qu’en 1971. Cette année là, Louis Armstrong succombe à une crise cardiaque. En 1974, les organisateurs du festival décident de lui rendre hommage. Un buste à l’effigie du trompettiste fait alors son apparition dans les jardins des Arènes de Cimiez . L’inauguration se tient en présence de la Princesse Grace de Monaco et de Lucille Armstrong, la veuve de Satchmo.

1974 à Nice
Lucille Armstrong et la Princesse Grace de Monaco à Nice en 1974. (Gracie Bird Tumblr)

Le Nice Jazz Festival choisit ainsi de graver dans le bronze sa reconnaissance envers Louis Armstrong. Il faut dire que l’histoire entre la Baie des Anges et le génie de la Nouvelle-Orléans a attiré dans son sillage bien d’autres monuments. On peut citer notamment Ella Fitzgerald, Miles Davis ou Nina Simone. Comme suspendus dans les airs, les éclats de trompette du 23 février 1948 continuent donc de distiller leur magie dans le ciel niçois.

(Ndlr: pour revivre toute l’histoire du Nice Jazz Festival, on peut acquérir en librairie le livre paru en 2018 aux éditions Gilletta / Nice Jazz – Histoire d’un festival, co-écrit par Frédérica Randrianome-Karsenty)

Categories : Musique / Nathalie Michet / 8 juillet 2022

PARTAGER :  

Nathalie Michet

Journaliste du Morning Made In Monte-Carlo sur Radio Monaco tous les matins entre 6h00 et 9h.

Vous aimerez aussi...

  • - 9 décembre 2022
  • - 9 décembre 2022
  • - 9 décembre 2022
  • - 8 décembre 2022
  • - 7 décembre 2022