MONTE-CARLO NEW YORK

La marque niçoise Kea en finale des Talents des Cités

©Kea

Nathalie Michet est allée à la rencontre de Mehdi Tafer, co-fondateur de Kea. Cette marque niçoise fabrique une chantilly pour cheveux à base de produits bio. Le jeune entrepreneur fait partie des finalistes des Talents des Cités.

Si vous aimez les histoires de reconversions professionnelles, vous apprécierez sans doute celle de Mehdi Tafer. Dans une autre vie, ce trentenaire originaire de Marseille était plongeur-scaphandrier à Monaco. Après avoir travaillé pendant plusieurs années sur l’extension en mer du Larvotto, il a décidé de remonter à la surface. Objectif: reposer son corps et relever un nouveau défi. En 2019, Mehdi Tafer s’est donc lancé dans l’entrepreunariat avec sa compagne. Ensemble, ils ont créé la marque Kea, spécialisée dans les produits capillaires bio, naturels et vegan.

Des cheveux à la chantilly

Les bureaux et le laboratoire de Kea sont installés à Nice, dans la zone franche du boulevard de l’Ariane. Cet emplacement permet de bénéficier d’avantages fiscaux et sociaux. Un régime spécial précieux quand on démarre une activité. C’est donc là que la petite équipe de Kea fabrique ses cosmétiques, et en particulier son produit phare. Il s’agit d’un masque capillaire sous forme de chantilly.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par KEA (@keashop.fr)

Preuve du potentiel de l’entreprise, Mehdi Tafer fait partie des deux jeunes entrepreneurs de la Région Sud sélectionnés pour la finale des Talents des Cités 2022. Il se retrouve en concurrence contre un Marseillais, Adel Megharb, distingué pour son entreprise Joybox, un site interactif qui propose différents services autour de la sexualité. Bien qu’originaire lui aussi de la cité phocéenne, Mehdi Tafer promet de porter haut les couleurs rouge et noir de Nice.

©Kea
Des masques capillaires sous forme de chantilly. ©Kea’

Lors de la remise des prix, prévue cet automne, les lauréats se verront remettre des dotations financières comprises entre 1 000 et 7 000 euros. Ce concours organisé par le Ministère chargé de la Ville et par la Banque Publique d’Investissement a une grande ambition. En effet, sa raison d’être est de soutenir les projets des jeunes entrepreneurs dans les quartiers prioritaires.

Un message pour les jeunes

Comme le dit Mehdi Tafer, ces zones périphériques subissent injustement le poids de stéréotypes éculés. Lorsqu’il montera à Paris pour la finale des Talents des Cités, il aura ainsi à cœur de témoigner de la créativité et de l’énergie positive qui fleurissent dans les banlieues. Mehdi Tafer souhaite aussi envoyer un message aux jeunes Niçois: la marque Kea a besoin d’eux. Que ce soit pour un stage, une alternance, ou « tout autre projet« , il les invite à le contacter. On peut échanger avec l’équipe de Kea sur Facebook, Instagram ou bien sur le site Internet de l’entreprise.

 

Categories : Côte d'Azur / Nathalie Michet / 20 septembre 2022

PARTAGER :  

Nathalie Michet

Journaliste du Morning Made In Monte-Carlo sur Radio Monaco tous les matins entre 6h00 et 9h.

Vous aimerez aussi...

  • - 30 septembre 2022
  • - 29 septembre 2022
  • - 29 septembre 2022
  • - 29 septembre 2022
  • - 28 septembre 2022