MONTE-CARLO NEW YORK

Recyclage de l’eau: jusqu’où peut-on aller ?

©Nathan Dumlao/Unsplash

Comme le prouve l’épisode de sécheresse intense qui touche une grande partie de l’Europe, la question des ressources en eau va devenir de plus en plus problématique dans l’avenir. Afin de réaliser des économies et de satisfaire les besoins des villes, le recyclage des eaux grises devrait devenir un impératif. Mais comment ça marche ? Jusqu’où peut-on aller dans ce domaine ? On en parle avec Pierre Magnes de la start-up FGWRS.

Les restrictions d’usage de l’eau imposées dans les Alpes-Maritimes et dans le Var au cours de l’été ont de grandes chances de se répéter dans les prochaines années. En effet, selon les scientifiques, le changement climatique a notamment pour effet de renforcer l’intensité et la durée des sécheresses. Dans ces conditions, il faudrait être fou pour ne pas chercher de vraies solutions.

Stop au gaspillage de l’eau

Afin d’éviter des crises majeures, voire des conflits liés à l’eau, il devient impératif de consommer moins de cette précieuse ressource. Ou plutôt, consommer autrement et arrêter de gaspiller. Plus question de jeter l’eau potable dans la cuvette des WC ou de laisser partir dans les égouts les eaux des lavabos et du lave-linge. Place au recyclage des eaux grises ! Ce sont les eaux qui viennent des douches, des robinets ou des machines à laver. Des eaux moins chargées que celles des WC.

©FGWRS
Le système de recyclage des eaux grises de FGWRS. ©FGWRS
Le potentiel des eaux grises

La méthode du recyclage des eaux grises n’est pas nouvelle, mais elle reste à généraliser. Pour y arriver, il faudra que les règles en vigueur évoluent, de même que les mentalités. En effet, il est interdit aujourd’hui en France de distribuer une eau recyclée pour la consommation humaine. Pourtant, selon la start-up FGWRS, les analyses démontrent que cette pratique ne revêt aucun danger. En Antarctique, sur la base de Concordia, les chercheurs se lavent avec l’eau obtenue après traitement des eaux grises. Plus encore, certains n’hésitent pas à la boire. Toutefois, la transition nécessitera également de résister au lobbying pratiqué par les vendeurs d’eau. 

Nous en parlons avec Pierre Magnes, co-fondateur et responsable du développement chez FGWRS. Ancienne start-up de l’incubateur Monaco Tech, cette entreprise installe donc des systèmes de recyclage des eaux grises de l’Antarctique à Paris, en passant par Monaco et Montpellier. Pierre Magnes répond à Nathalie Michet.

©Radio Monaco
Pierre Magnes de FGWRS est notre invité ©Radio Monaco

 

Categories : Côte d'Azur / Nathalie Michet / 27 septembre 2022

PARTAGER :  

Nathalie Michet

Journaliste du Morning Made In Monte-Carlo sur Radio Monaco tous les matins entre 6h00 et 9h.

Vous aimerez aussi...

  • - 6 décembre 2022
  • - 6 décembre 2022
  • - 5 décembre 2022
  • - 5 décembre 2022
  • - 1 décembre 2022