MONTE-CARLO NEW YORK

Le photovoltaïque en montagne: comment éviter les dérives ?

©Franck Fernandes / Nice-Matin

Aurélie Selvi, journaliste Solutions au sein de la rédaction web de Nice-Matin, signe une enquête approfondie sur l’implantation des parcs photovoltaïques dans les montagnes des Alpes-Maritimes. Aux confins des Parcs naturels régionaux des Préalpes d’Azur et du Verdon, les panneaux solaires gagnent du terrain. Les habitants s’inquiètent des menaces qui pèsent sur les forêts. L’autrice de cette enquête, Aurélie Selvi, répond à Nathalie Michet.

 

Si vous allez souvent en montagne, du côté de Valderoure, vous avez sans doute déjà vu ces paysages. Des champs de panneaux solaires poussent au milieu des forêts. Alertée par Philippe Blanc, un ingénieur de Sophia-Antipolis spécialiste du solaire, la rédaction Solutions de Nice-Matin a décidé de mener l’enquête. Il en ressort un article fourni et éloquent sur la manière, quelque peu hâtive, dont certaines communes du Parc naturel régional des Préalpes d’Azur cèdent aux sirènes du photovoltaïque.

Des revenus locatifs attrayants

En effet, attirés par la perspective de toucher d’importants revenus locatifs, les propriétaires publics et privés se laissent tenter. Ils acceptent de louer une partie de leurs terrains aux entreprises qui souhaitent produire et revendre de l’électricité issue du solaire. Le tout avec le feu vert de la Préfecture des Alpes-Maritimes, qui accorde des dérogations pour permettre le défrichement des forêts.

Comme l’explique Aurélie Selvi, qui signe cette enquête, les panneaux solaires gagnent du terrain – de façon tout à fait légale – au milieu des montagnes. La journaliste précise que les projets photovoltaïques se concentrent autour d’un poste source situé à Valderoure. Il s’agit d’une infrastructure équipée d’un transformateur et installée par RTE et Enedis. Comme on le lit dans cet article: « les panneaux fleurissent autour de cet équipement: il y a quelques jours, un parc d’une dizaine d’hectares a ainsi été inauguré par le Conseil départemental à Saint-Auban. Tandis que plusieurs projets sont en cours sur des espaces naturels des villages alentours : 20 hectares à Valderoure, 16 hectares à Séranon, une vingtaine à Peyroules. »

À Andon, en revanche, c’est un propriétaire privé qui a accepté de raser plus de 90 hectares de forêt. À la place des arbres, on trouve désormais « un parc solaire aux mensurations XXL. »  Là encore, avec l’aval de la préfecture. Beaucoup d’autres dérogations devraient suivre. À terme, il sera possible de connecter plus 50 projets photovoltaïques au poste source de Valderoure.

©Franck Fernandes / Nice-Matin
À Andon, 91 hectares de forêt ont été supprimés sur un terrain privé. Ce parc solaire est situé au lieu-dit du « Bas-Thorenc ». © Google maps / Photo Franck Fernandes / Nice-Matin.
Les prémices d’une mobilisation citoyenne

Loin de réjouir tout le monde, cette perspective inquiète les experts, les habitants et les élus d’opposition. Certains ont donc décidé de se réunir en association. Ils entendent ainsi défendre leur lieu de vie, entre les parcs naturels régionaux des Préalpes d’Azur et du Verdon. Sans vouloir stigmatiser ni rejeter en bloc le développement de l’activité photovoltaïque, ils appellent à davantage de concertation.

Comment trouver le juste équilibre entre la préservation des espaces naturels et le développement, indispensable, des énergies renouvelables ? Comment mieux répartir les parcs solaires entre les villes du littoral, grandes consommatrices d’énergie, et les zones de montagne, habituées à la sobriété ? Pour Aurélie Selvi, l’objectif de cette enquête est justement de mettre à plat le débat. Il s’agit aussi de rendre l’information plus accessible pour les habitants du département. Un défi important dans la mesure où ce dossier très technique se révèle difficile à appréhender pour les profanes.

Aurélie Selvi, journaliste Solutions au sein de la rédaction web de Nice-Matin, répond à Nathalie Michet.

©Nice-Matin
Aurélie Selvi, journaliste Solutions au sein de la rédaction web de Nice-Matin. ©Nice-Matin

 

Categories : Côte d'Azur / Nathalie Michet / 31 octobre 2022

PARTAGER :  

Nathalie Michet

Journaliste du Morning Made In Monte-Carlo sur Radio Monaco tous les matins entre 6h00 et 9h.

Vous aimerez aussi...

  • - 6 décembre 2022
  • - 6 décembre 2022
  • - 5 décembre 2022
  • - 5 décembre 2022
  • - 1 décembre 2022