AD

À LA UNE

La Côte d’Azur au piège de l’érosion du littoral

today7 décembre 2023

Arrière-plan
AD
AD
©Gérard Michet
Un épisode de vagues-submersion sur la route du bord de mer entre Villeneuve-Loubet et Antibes. ©Gérard Michet

Alors que le réchauffement climatique intensifie le risque de vagues-submersion, la question de l’érosion du littoral se révèle très complexe sur la Côte d’Azur. On en parle dans ce Club Radio Monaco. Didier Laurent, ingénieur en environnement et bénévole au sein de FNE, répond à Nathalie Michet. 

  • cover play_arrow

    La Côte d’Azur au piège de l’érosion du littoral Le Club Radio Monaco

Nichées sur un cordon étroit entre les Alpes et la Méditerranée, de nombreuses zones urbaines azuréennes ont été construites en haut de plage, là où l’on aurait du laisser de la place pour absorber l’énergie des vagues. Tous les automnes-hivers, le scénario des routes inondées et envahies par les galets se répète donc sans relâche. Mais que faire ? Dans notre contrée, le repli stratégique, tel que pratiqué dans la région de Sète, ne semble même pas envisageable tant la densité urbaine est importante.

De Villeneuve-Loubet à Antibes

Parmi les zones les plus vulnérables: le cordon littoral entre Villeneuve-Loubet et Antibes. En effet, cette longue route se retrouve submergée plusieurs fois par an.  « C’est un exemple parmi d’autres« , insiste Didier Laurent. Cet ingénieur en environnement anime des ateliers sur le recul du trait de côte en tant que bénévole au sein de France Nature Environnement. Cette association recommande d’abord un état des lieux précis pour comprendre l’évolution à venir dans les prochaines décennies. Ensuite, elle estime qu’il faut élaborer des réponses au niveau ultra local, en fonction des paramètres de chaque site menacé par le recul du trait de côte.

©Mairie d'Antibes
Un épisode de submersion sur la plage des Ondes, entre le Cap d’Antibes et Juan-les-Pins fin octobre 2023. ©Mairie d’Antibes
Cartographier les risques

En mai 2022, le gouvernement français a publié la liste de 126 communes concernées au premier rang par la montée des eaux. Les Maires concernés doivent cartographier le risque de recul du littoral à 30 ans d’abord, puis à 100 ans. Ces démarches sont financées à 80% par l’Etat. Pour l’instant, aucune commune du Var n’apparait dans la liste et une seule dans les Alpes-Maritimes. Il s’agit de la commune d’Èze. Pourtant, bien d’autres villes azuréennes risquent de voir leur bord de mer s’éroder dangereusement.

Sachant que la France recense 975 communes littorales, métropole et Outre-Mer compris, le chiffre de 126 semble bien en dessous de la réalité. Selon la FNE, elles sont 864 à être réellement concernées. La liste a toutefois vocation à être actualisée tous les 9 ans. De plus, comme le précise Didier Laurent, le gouvernement a mené son premier recensement sur la base du déclaratif. « Ce n’est donc pas révélateur de la réalité du terrain« , assure l’ingénieur en environnement. Deux choses sont sûres pour Didier Laurent : « Il faut proscrire les constructions sur le littoral et et oublier le mirage d’une solution technologique miracle« .

©Constantin / Unsplash
Nice, exemple de la très forte densité urbaine tout près du littoral sur la Côte d’Azur. ©Constantin / Unsplash

L'équipe

Écrit par: Nathalie Michet


7 rue Gabian,
98000 Monaco
Tel: +377 97 700 700
info@radio-monaco.com

Écoutez Radio Monaco en FM
Monaco > 98.2
Nice > 95.4
Cannes / Grasse > 103.2
Var / Saint-Tropez > 95.4
En DAB+ à Monaco et à Paris.

Télécharger l’appli

© 2023 Radio Monaco. Tous droits réservés.

CGU

AD
AD
AD
0%